Quels rituels, routines et habitudes pour vivre plus aligné ?

 dans Coopérer, Prendre soin de ses besoins, S'accompagner soi-même

Pas toujours facile d’intégrer les bons rituels dans son collectif, dans sa famille, dans sa vie… Ils peuvent avoir un impact tellement grand, pourtant. Voire être complètement vitaux pour certains projets que ça vaut le coup de se pencher sur cette question.

Manque de repères, difficulté d’avancer, impression de réinventer la roue, de revenir en arrière… Nous pouvons décider d’avancer en « pilotes automatiques« . Ou prendre conscience de ce qui nous fait du bien et nous aide à avancer dans la direction qui est juste pour nous, seul ou à plusieurs.

Trouver l’équilibre

Moi, les mots « routine » et « habitude » m’ont longtemps fait peur (et le mot « rituels » ne faisait pas vraiment partie de mon vocabulaire ^^). Ils me donnaient des boutons, me renvoyaient à un cadre rigide, qui étouffe toute vie.

Et en même temps, j’ai toujours détesté les réunions qui commencent toujours par l’éternel même tâtonnement, ces énièmes questions pour savoir qui fait quoi…

La dispersion et l’inefficacité ne me plaisent pas davantage que le cadre rigide.
Bien sûr
, comme pour tout, c’est une histoire d’équilibre.
Aujourd’hui, je vois ces habitudes comme des cadres qui permettent de se faciliter la vie. De la rendre plus légère, plus facile, plus conviviale, plus impactante.
Le plus important pour moi c’est que c’est habitudes soient bien au service de la vie et non le contraire.

Je m’en suis rendue compte sur le terrain. Et notamment, là où c’était le plus fragrant : dans la vie des collectifs auxquels j’ai participé et que j’ai accompagnés.

Finalement, des habitudes, nous en avons tous et toutes un bon paquet. De notre lever à notre coucher, du lundi au dimanche, du 1er janvier au 31 décembre… Certaines passent complètement inaperçu… certaines nous aident à vivre la vie que nous voulons vivre et d’autres ont plutôt tendance à nous plomber.

Ça sert à quoi les routines et les rituels ?

Dans mon expérience, voilà les 5 principales vertus des habitudes conscientes et choisies (= les routines et rituels) :

  • prendre soin de nos besoins. des besoins « évidents »comme manger chaque jour aux besoins plus faciles à oublier pourtant tout aussi universels, comme vivre des moments de créativité.
  • avancer dans la direction choisie, seul.e ou à plusieurs
  • lâcher de la charge mentale en arrêtant de réfléchir à tout et en réinventant la roue sans cesse. Si tu sais une bonne fois pour toute comment animer tes temps collectifs par exemple, tu récupères un temps fou à consacrer à d’autres choses !
  • faire des choses que nous n’avons pas envie de faire alors qu’elles nous sont bénéfiques. (Qui ici a déjà vécu la douleur d’accompagner un enfant à se laver les dents TOUS LES JOURS alors qu’il se dit encore qu’il a peut-être moyen d’y échapper ? Idem pour l’habillage le matin. ^^)
  • Se rassurer, s’offrir de la sécurité, en sachant ce qui va se passer et comment ça va se passer.

12 exemples de rituels que j’utilise (ou ai utilisé)…

 …Pour collectifs qui veulent avancer ensemble dans la même direction et avoir un vrai impact dans la société

Pas de mystère, pour avancer ensemble dans la même direction ET être efficaces, tous les collectifs ont besoin de connaître :

  • une véritable écoute. La vraie, celle dans laquelle tu écoutes pour comprendre et non pas pour répondre, avec le petit vélo dans ta tête qui est déjà parti loiiiiiiiiiiiiiin avant la fin de la première phrase si tu vois ce que je veux dire. 😉
  • des prises de parole respectueuses des autres, et notamment du temps de parole de chacun
  • une bonne connaissance de qui est qui (et pas juste son prénom, son métier ou rôle dans le groupe)
  • le sentiment de sécurité
  • de la convivialité
  • de la confiance (le résultat des 5 premiers points)
  • la concentration, lors des temps de passage d’info et de préparation puis de prise de décision
  • la responsabilisation de chacun
  • la créativité
  • la tolérance

Parfois cela vient tout seul. Si ce n’est pas le cas, je te déconseille VRAIMENT d’attendre. Il y a des rituels simples et efficaces qui sont utilisés au quotidien dans de très nombreux collectifs, et qui permettent de partir dès le début sur des bases saines.

Il en existe une infinité à créer selon les envies de chaque collectif, en fonction de sa culture, du lieu… mais voilà ceux que j’utilise (et recommande) le plus pour favoriser ces éléments indispensables pour un collectif sain :

1- Ouvrir et fermer les temps collectifs par une météo et une restitution.

Toujours commencer les temps collectifs (réunions, ateliers d’intelligence collective…) par une météo, pour que chacun puisse partager comment il/elle se sent pour commencer. Idem, à la fin : restitution « avec quoi je repars »

Outil magique ! Combo parfait pour favoriser un grand nombre des éléments listés plus haut, notamment en favorisant la concentration de chacun, invité à prendre conscience de son niveau de disponibilité au début et à laisser les soucis, préoccupations, to do list à la porte de la salle. 😉

Avant que tu ne me poses la question… il y a 1 000 manières de faire une météo ou une restitution, selon le nombre de personnes, le temps alloué, la salle, l’objectif de ce temps collectif. Du choix d’une carte illustrée, type DIXIT en petit groupe en 5mn au partage d’1 seul mot qui résume avec quoi chacun repart en 10mn en très grand cercle… tout est possible !

2- Faire tourner la parole

L’une des habitudes les plus utiles et faciles à mettre en place dans un collectif. Faire tourner la parole, que les participants soient en cercle (l’idéal) ou non. Comme pour la météo et la restitution, elle permet de faire d’une pierre dix coups, notamment en apportant une qualité d’écoute et un temps de parole pour chacun.

3- Mettre en place des « accords de groupe »

Décider ensemble ce dont le groupe a besoin pour bien vivre cette réunion, cet atelier… et les suivants. A co-construire en quelques minutes, à reposer à chaque début de séance jusqu’à ce qu’il soit complètement intégré et idéalement à garder affiché.

Ca peut aller des téléphones éteints, à l’intention de bienveillance et de tolérance, en passant par l’écoute active, sans se couper la parole. A chaque groupe ses règles.

Ces accords de groupe apportent notamment sécurité à chacun : il y a des règles, elles sont validées et connues de tous et chacun peut s’y référer.

4- Prévoir un temps convivial avant ou après un temps « de travail »

Pause café avant la réunion pour parler du week-end, auberge espagnole après le CA pour partager ses recettes, apéro après les ateliers pour échanger de manière plus informelle… à chaque collectif de trouver ce qui est juste pour lui.

Ces moments sont indispensables pour apprendre à se connaître de manière plus légère, de créer la confiance et donc de mieux avancer ensemble.

Pour conclure sur cette partie des rituels collectifs, je dirais qu’ils servent à nourrir les besoins du groupe, mais aussi à créer, petit à petit une culture commune en co-responsabilité et avec fluidité (et c’est important la fluidité !)

… pour les familles passionnées, engagées, qui veulent gagner en sérénité

Alala ! Quel sujet ! Je pourrai écrire un livre entier sur cette seule thématique ! Lorsque j’ai commencé à vivre en couple, puis que j’ai eu 1 puis 2 enfants, j’ai senti une grande, une énooooorme frustration entre ma vie rêvée et ma réalité. De grandes attentes, dont je peux te citer, en vrac, une toute toute petite partie d’une liste d’à peu près 1 milliard d’envies :

  • être, avec mon amoureux, des parents dispo pour nos enfants (pas qu’une histoire de temps de présence, hein, aussi et surtout faire des choses géniales avec eux)
  • partager de manière égale les tâches ménagères
  • manger bon, bio, frais, de saison, sain
  • vivre dans une maison agréable (= mes critères minimaux de propre-rangé-décoré ^^)
  • me sentir sereine par rapport au temps que je consacre à tout ce qui est important pour moi : mes enfants, mon couple, les projets que j’accompagne ou dans lesquels je suis investis…

Globalement, Seb, mon compagnon, a les mêmes souhaits, ça tombe bien. (ouf !). Du coup, petit à petit nous avons mis en place des rituels « familiaux ». En voilà 3 :

1- Les réunions hebdo

Généralement nous les faisons en 2 temps.
Une en début de week-end, avec ou sans participation des enfants, c’est variable (mais s’ils ne participent pas, nous leur demandons de nous laisser concentrés 5-10 mn), pour partager :
notre état d’esprit et nos envies (besoin de repos, de voir du monde, de s’aérer, de prendre un temps avec l’un de nos enfants qui auraient besoin d’attention…)
les choses importantes à faire qui ne sont pas dispatchées entre nous.
Et une autre en fin de week-end, généralement le dimanche soir, une fois les enfants couchés, pour faire un point sur l’agenda de la semaine, partager les trajets du matin et du soir pour les enfants…

2- La soirée trop cool du mardi soir

C’est la soirée « dessins animés » pour les loulous. La solution qui nous va bien pour le moment pour contenir les envies débordantes d’écrans. Comme ça ils savent que c’est le mardi, la question est réglée. ^^ L’occasion de faire un repas simple et efficace, qui plaît à coup sûrs (et qui sera parfois mangé dans le canap, aller, c’est la fête !)

3- La lecture tous les soirs

THE rituel ! Impossible d’y couper. Après le lavage de dents et le pipi, chacun choisi son livre et c’est parti ! Ca fait passer la pilule pour le lavage de dents pas toujours très apprécié. Selon l’énergie du moment, c’est Seb ou moi qui sommes de lecture. Pendant ce temps, l’autre débarrasse la table ou prépare notre repas si c’est un soir où nous dinons après les enfants (ça aussi c’est un rituel)

4- Les « 20 minutes canard »

Inspiré par une amie, elle-même inspirée d’une autre famille, je ne saurais pas te dire d’où vient ce nom. Mais on l’aime bien alors on l’a gardé.
20mn, la musique à fond, et tout le monde range toute la maison. Parfois j’aime bien ajouter la consigne « interdiction de se parler ! », c’est encore plus marrant. Une bonne manière de faire participer les enfants, en s’amusant tous ensemble (oui oui, ça peut avoir l’air étrange comme ça, à tester !)

… pour se ressourcer, s’accorder du temps pour soi, et avancer vers ses objectifs

Alors là… dans cette catégorie, j’ai des milliard de rituels. Certains chaque jours, d’autres à chaque vacances scolaires et certains une fois par an. Je t’en ai sélectionné 4, dont un dont je n’ai plus besoin

1- ma tasse de yogi tea

Après la naissance de chacun de mes 2 enfants, j’avais beaucoup de mal à prendre du temps pour moi. J’étais soit avec mes enfants, soit occupée à FAIRE. Avancer sur un projet, préparer un déménagement, s’occuper de la montagne de linge ou de vaisselle. (Et pourtant nous étions deux à nous en occuper, incroyable, cette faille spacio-temporelle des 3 premiers mois !)

Pour Charlie, mon deuxième, ce qui m’a aidée c’est de m’offrir, au moins une fois par jour une tasse de yogi tea. Et pendant ce temps là, rien. Je m’assurais qu’il dormait bien, que j’avais 5mn devant moi et c’était parti. Ca paraît très peu, 5mn dans une journée. et pourtant c’était tellement tellement tellement précieux. Je crois que ça m’a permis de ne pas m’écrouler, faute de temps pour moi. (j’ai un besoin viscéral d’avoir pas mal de temps pour moi, juste pour moi. pour lire, créer, réfléchir, faire mon yoga…)

2- mon miracle morning

As-tu lu ce livre : « Miracle Morning » ? Vraiment inspirant, je trouve. Grâce à lui, j’ai changé ma manière de commencer ma journée. Je suis passée de :

  • « Je laisse mon réveil sonner 3 fois, je me fais tirer du lit, avec seb, par les enfants déjà debouts, direct, sur le pont, à préparer leur petit déj, le repas du midi… à être dispo pour tout le monde »
    à…
  • « Je me lève 1 heure avant l’heure habituelle (ça pique au début, il a fallu que j’apprenne à me coucher plus tôt), pour prendre mon eau tiède (rituel ayurvédique, avec le grattage de langue et les exercices de respiration) ou eau citronnée, faire quelques exercices de yoga, un peu de méditation, visualisation du tableau sur lequel j’ai indiqué ce que je veux vivre cette année et parfois un peu d’écriture. Ensuite habillage et hop, je suis disponible pour me sociabiliser. 😉

Bon… je vais être honnête avec toi. Cet hiver, j’ai lâché ce rituel. Je crois que c’était plus important pour moi de prendre du temps le soir, pour discuter avec Seb, me coucher un peu plus tard et avoir mon compte de sommeil en me réveillant juste avant les enfants. Avec le printemps qui revient, je sens que j’ai envie de d’avoir de nouveau ce sas de début de journée. Je vois aussi comme ça m’aide pour me concentrer sur les objectifs que je veux atteindre. Avoir le bon état d’esprit en me disant que c’est possible et même normal d’y parvenir.

3- mon temps de bilan-projection en décembre/janvier et en juin/septembre

J’aime bien me donner des objectifs et intentions pour chaque cycle : en début d’année et en début d’année scolaire. Généralement je prends un temps pour faire le bilan du cycle, puis mes aspirations.
Je mélange le pro et le perso, car pour moi cette frontière n’a pas de sens. tout fait partie de ma vie.
Généralement, l’intention que j’ai envie de donner à chaque cycle vient toute seule. En Septembre dernier, par exemple, mon intention était celle de vivre davantage la légèreté. Lors d’un stage de CNV j’avais réalisé à quel point cela manquait dans ma vie ces dernières années.

Pour les objectifs, je peux utiliser des outils différents. En janvier dernier, j’ai par exemple réalisé un tableau de visualisation.
L’idée étant de me fixer des caps, de reconnaître le chemin parcouru (indispensable pour faire le plein d’énergie) et de rectifier certaines trajectoires.

4- Retraite pendant des vacances scolaires

Alors, ce rituel, c’est le petit nouveau de cette année. Désormais je mets mes accompagnements sur pause pendant toutes les petites vacances scolaires. Généralement nous en passons 1 en famille, avec les enfants. Je consacre l’autre à avancer sur la partie « coulisses » de La petite fourmilière : faire évoluer les supports d’accompagnement, revoir les parcours et autres offres, … J’adore cette bulle que je m’offre, c’est généralement un moment très créatif.

Au début je pensais que ce serait compliqué de mettre mes accompagnements en pause. Finalement, ça se fait très bien. Certains de mes clients sont en vacances. Et s’ils travaillent, ils comprennent que je ne suis pas disponible pendant 2 semaines. Maintenant que je vois à quel point mon travail est plus efficace, je n’ai plus envie de revenir en arrière.

Pour conclure…

rituels

Avec les habitudes, les questions importantes, selon moi c’est : Est-ce qu’

  • elles ont un impact positif ? pour moi, pour les autres…
  • elles permettent à la vie de s’exprimer ou au contraire elles cherchent à la cadrer
  • elles m’aident ? et notamment à faire des choses difficiles, pour lesquelles j’ai besoin d’aide
  • j’ai envie de changer quelque chose dans ma vie perso, dans le collectif dans lequel je m’implique, dans ma famille
  • il y a quelque chose qui cloche, dans ma vie perso, dans le collectif auquel je contribue, dans ma vie de famille…

Et toi, as-tu mis en place des rituels dans ta vie (perso, familiale ou dans ton collectif) ? Si oui, pour répondre à quel besoin ?

​... ​pour déployer ton projet de transition en collectif
​télécharge gratuitement le guide

Les clefs des projets coopératifs

Suivre les articles par email :


 

Cet article t’as été utile ? Partage-le allégrement autour de toi !

Publications récentes

Écrire un commentaire

Avertis-moi par mail si quelqu'un répond à mon commentaire. Tu peux également t'inscrire sans commenter.