4 étapes pour manger équilibré lorsqu’on a une vie bien remplie

 dans Prendre soin de ses besoins

Tes journées et tes semaines sont consacrées à changer le monde ? Peut-être as-tu aussi une famille, avec qui tu veux profiter vraiment ? Tu as aussi envie de prendre soin de toi et de manger de manière équilibrée. Oui mais comment passer de l’envie à l’action ? Si tu te demandes comment prendre le temps d’acheter et de cuisiner des produits bons, sains, frais, de préparer des repas équilibrés sans exploser ton budget ou y passer tes nuits…

…Bienvenue !

Tu le sais si tu es un.e habitué.e du blog, l’un de mes dadas (avec la communication authentique et le développement personnel), c’est l’organisation légère. L’organisation collective, pour faire naître et grandir des projets de transition écologique et sociétale. Mais aussi l’organisation personnelle… et l’organisation familiale, même si je ne propose pas d’accompagnement sur cette dernière question (qui sait, un jour peut-être !)

Pourquoi, j’écris un article sur l’organisation des repas
sur le blog de La petite fourmilière ?!

Tout simplement parce que manger c’est la vie ! Oui ! Et car nous ne sommes pas divisés entre ce qui se passe au travail ou dans nos engagement bénévoles et ce que nous faisons à la maison. Et rien de plus démotivant que de voir que les valeurs portées haut et fort à l’extérieur ne sont pas incarnées à la maison.

C’est une discussion que j’ai très régulièrement avec les personnes qui autour de moi veulent manger bien et sont tellement investies dans de nombreux beaux projets qu’elles ont du mal à trouver le temps de le faire.

Pas de quoi se flageller bien sûr, chacun fait comme il peut, notamment dans les moments de grande fatigue.

Néanmoins, avec une bonne organisation, c’est tout de même plus facile de manger bon, sain, varié, équilibré, frais… sans exploser le P.E.L ou y passer 3 heures par jour.

Avec 2 enfants de 3 et 6 ans, un mari entrepreneur comme moi, La petite fourmilière et nos engagements associatifs, je peux te dire qu’on a plutôt intérêt à avoir une organisation agile ET ritualisée (= avec des rituels, quoi) sinon on fait le mois aux coquillettes cuisson rapide. ^^

Pour commencer, je peux te dire que nous avons longtemps cherché LA solution parfaite, l’organisation qui colle pour nous. Finalement notre organisation pour les repas évolue régulièrement, notamment parce que les enfants grandissent et parce qu’on peut avoir des coups de rush à certains moments.

La seule chose qui ne change pas, c’est qu’on en parle régulièrement, de notre organisation.
Et on s’adapte à nos besoins du moment comme ça, avec un peu de créativité.

Notre retour d’expérience familial en 4 points

Dans cet article je te partage notre retour d’expérience familial.
C’est important pour nous de :

  • Bien manger, on est très gourmands
  • Manger des produits de qualité (frais, bio ou assimilé)
  • Rémunérer justement le travail des producteurs qui nous nourrissent
  • Favoriser le développement économique local
  • Ne respecter notre budget
  • Manger un maximum de repas faits maison
  • Y consacrer un temps limité

Voilà ce qui nous convient bien depuis un moment :

  1. Faire des menus dans notre bullet journal familial (j’ai déjà présenté rapidement ce qu’est un bullet journal dans cet article)
  2. Regrouper et planifier les courses
  3. Faire 1 à 2 grosses sessions cuisine par semaine, en regroupant les aliments cuisinés
  4. Ritualiser les menus hebdo pour favoriser la créativité (sisi ! ^^)

Il nous est arrivé de lâcher cette organisation quelques semaines, le nez dans le guidon. Nous avons clairement vu la différence. Maintenant, plus on est occupés, plus on est vigilants à garder cette routine qui nous permet de prendre soin de nous. ❤️

Prêt.e ? C’est parti, on y va !

1- Faire des menus dans notre bullet journal familial

 

Il y a quelques années, l’idée même de faire des menus me donnait des boutons. J’imaginais une vie de famille monotone, grisouille, laissant peu de place à la créative, à la spontanéité… Bref exactement l’inverse de ce que je voulais vivre en famille.

Après quelques années à galérer, avec des phases pendant lesquelles nous passions nos soirées à cuisiner alors que nous n’avions qu’une envie : nous poser et des phases pendant lesquelles nous mangions des plats cuisinés soit horriblement chers, soit dégueu, soit pas très sains (voire les 3 ^^) et des phases « coquillettes (no comment, j’imagine que tu vois de quoi je parle…), j’ai accepté (débat intérieur) de TESTER les menus.

Et clairement, ça a changé notre vie !

On en a profité pour mettre en place un bullet journal familial (si le mot « bullet journal » est du chinois pour toi, j’en parle déjà dans cet article).

C’est un grand cahier dans lequel nous marquons chaque semaine les menus prévus, nos recettes favorites, ce que nous avons envie/besoin de faire, les choses « occasionnelles à acheter », les listes de chaussures en stock d’avance pour les enfants avec la pointure (pour éviter les doublons, ou d’aller à la cave vérifier ce qu’on a, à chaque fois qu’on a une bonne occas)… Bref, c’est notre cahier familial ! Il est sur le meuble de la cuisine, toujours ouvert, bien en évidence.

L’avantage pour nous, de faire nos menus dans un cahier plutôt qu’une feuille, c’est qu’on peut s’inspirer des menus de l’an dernier à la même saison (on oublie vite ces choses là chez nous, incroyable !).

2- Regrouper et planifier les courses

Nous sommes dans un groupement d’achats que nous avons créé au sein de notre école. C’est un projet que nous déployons à plusieurs, bénévolement, qui nous permet de commander de nombreux produits et notamment les fruits, légumes, le pain… à des producteurs bio et locaux, sans intermédiaire. Donc à un tarif juste pour eux… et pour nous.

Chaque semaine, nous recevons donc les produits du groupement d’achats. Les commandes sont vraiment simplifiées par le logiciel libre Cagette (petit clin d’oeil à Sébastien, mon compagnon, et François, son associé, qui sont les papas et qui aident ainsi de très nombreux groupements d’achats, Amaps et producteurs. N’hésite pas à regarder sur leur carte des initiatives, s’il y a des distributions près de chez toi et à parler de Cagette autour de toi. Pour info, il ne prennent aucune commission sur les ventes !).

Aussi, nous faisons nos grosses courses en magasin bio une fois par mois. Nous sommes à la campagne, à 30 minutes du magasin bio le plus proche, donc autant optimiser !
(On a longtemps passé notre commande mensuelle auprès d’un magasin en ligne très connu que je ne citerai pas ici, mais les derniers mois, chaque commande comportait des erreurs/soucis et le SAV n’était vraiment pas assez efficace pour nous.)

Pour nos courses mensuelles, j’ai créé une liste qui correspond à nos achats réguliers, avec une colonne pour les quantités habituelles. Chaque mois, on prend 5mn pour faire un petit check, rayer ce qui n’est pas nécessaire, ajouter les achats un peu exceptionnels qui ont été notés dans le bullet journal familial et c’est parti !

3- Faire 1 à 2 grosses sessions cuisine par semaine, en regroupant les aliments cuisinés

Nous cuisinons en général 2 fois par semaine. (le midi, Sébastien et moi mangeons généralement à la maison et nous avons un repas chaud – dans des boîtes isotherme- à fournir aux enfants pour l’école et la nounou).

Et nous préparons et cuisons (dans notre vitaliseur de Marion) de grosses doses de légumes, par série : des carottes pour une semaine par exemple, idem pour les pommes de terre, les épinards….

Ensuite, on met tout dans des boîtes en verre (ou des bocaux récupérés, selon les quantités) et hop, au frigo.

On s’en sert ensuite pour préparer les repas. Par exemple pour les traditionnelles lasagnes végétariennes, on ve prendre un peu des carottes déjà cuites, des épinards, des protéines de soja… et voilà, c’est prêt !

Idem pour les gâteaux.

Bien évidemment, s’il y a des restes, on congèle !

4- Ritualiser les menus hebdo pour favoriser la créativité (sisi ! ^^)

Dernier point, nous avons des types de plats qui reviennent chaque semaine. Nous les personnalisons avec les légumes de la semaine parce que nous nous lassons vite et que c’est vraiment important pour nous de varier ce que nous mangeons.

Voilà les types de plats qui reviennent chaque semaine ou presque, selon les saisons :

  • une quiche
  • une salade composée
  • des lasagnes VG ou un gratin
  • des galettes bretonnes
  • un plat de pâtes bolognaise VG
  • un plat « gourmand » (= bien gras ^^)
  • un buddha bowl
  • des nouilles chinoises avec des légumes de saison et du tofu fumé

C’est ce qui nous permet aujourd’hui de concilier ce qui est important pour nous.

Et toi, as-tu des bonnes astuces en terme d’organisation à partager à notre communauté ?
Est-ce que tu trouves difficile de bien manger lorsqu’on a une vie bien remplie ?
Partage ton retour en commentaires !

 

​... ​pour déployer ton projet de transition en collectif
​télécharge gratuitement le guide

Les clefs des projets coopératifs

Suivre les articles par email :


 

Cet article t’as été utile ? Partage-le allégrement autour de toi !

Ces articles peuvent vous intéresser :
2 commentaires
  • Guillaume
    Répondre

    Bravo pour cet article plein de bon sens 🙂 Je partage tout à fait le point sur le groupement des préparations culinaires.

    • Lidy Zulke-Trokhatcheff
      Répondre

      Merci Guillaume !

Écrire un commentaire

Avertis-moi par mail si quelqu'un répond à mon commentaire. Tu peux également t'inscrire sans commenter.